26 mars 2019

Deviant Art

 

 


 

J'essaye d'écrire, de peindre et il fut un temps je m'étais mise à la photo et encore avant à la poterie... Il parait que j'ai une âme artiste.  D'après moi, je n'ai pas d'âme.  Je suis peut-être trop pessimiste... Mais quel est le but de la vie ? Pourquoi je m'amuse à peindre, à essayer de griffoner quelques mots, pour soulager mes maux ? Je ne sais pas. Parfois, je voudrais ne pas être là. Etre simplemnt dans le vent...

Voici mes bouts de moi

Peinture: aquarelle89.deviantart.com

Littérature: alliumursinum.deviantart.com

 

Le reste n'étant pas en ligne...

 


 

 

 

 

Posté par alliumursinum à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 mars 2019

La vieille - Leila Huissoud

 Je découvre cette jeune chanteuse... et ô merveille ! Moi qui me régale de chanson française à texte, me voilà agréablement surprise par cette découverte :-)


 

a5c7f601

J'ai pas besoin de vous pour ranger mes vêtements
Partez, vous m'encombrez, dit la vieille, en sautant
Pieds joints sur sa valise, on aurait dit Popeye
Elle avait encore la souplesse des abeilles

Et d'un pas décidé vers la gare Saint-Lazare
Tandis qu'on faisait semblant de pleurer son départ
Elle s'en allait gaiement, son bagage à la main
Avec deux ou trois pauses pour se tenir les reins
J'ai pas besoin de vous dit-elle au contrôleur
Pour porter ma valise, j'en ai pour un quart d'heure
L'hospice est en banlieue, on dit que c'est un château
Où les vieux jouent au scrabble, et aux petits-chevaux

Moi j'ai horreur de ça, comprenez-vous monsieur
Je n'aime que les westerns avec plein de coups de feu
J'ai vu quatorze fois l'Infernale Chevauchée
Je vous le raconterais bien mais nous sommes arrivés
J'ai pas besoin de vous dit-elle à l'infirmière
Pour déplier mes draps, laissez-moi j'ai à faire
Alors de sa valise, à l'abri des regards
Elle sortit vingt bouteilles d'un célèbre pinard

Descendit au salon où les vieux et les vieilles
Jouaient aux petits-chevaux en se grattant l'oreille
Bonsoir messieurs, mesdames je m'appelle Fanchon
L'un d'entre vous n'aurait-il pas un tire-bouchon
J'ai pas besoin de vous dit-elle au médecin
En élevant vers lui son troisième verre de vin
Tandis que les vieillards autour de la pendule
Chantaient à quatre voix la grosse bite à Dudule

Et l'on vit ce spectacle ô combien ravissant
De quatre-vingt gâteux quittant l'établissement
Afin de ratisser les hospices du pays
Arrachant à la mort des moribonds surpris
J'ai pas besoin de vous dit-elle au curée
Qui au chevet d'un vieux s'esquintait à prier
Vous voyez bien que ce cadavre n'est pas mort
S'il ne respire plus par contre il bande encore

Un petit coup de branlette le remettra sur pattes
Comme un coup de manivelle sur une vieille Juva 4
Le prêtre révulsé tombait les bras en croix
Il respirait encore, mais il ne bandait pas
J'ai pas besoin de vous claironnaient tous les vieux
Chaque fois qu'un député voulait s'occuper d'eux
Car vous n'avez pas su vous occuper de nous
Du temps où nous avions encore confiance en vous

Tous les moyens sont bons pour gagner la coupole
Si les morpions votaient vous seriez la vérole
En tant qu'improductifs nous ne produirons pas
Un imbécile de plus à la tête de l'état
J'ai pas besoin de vous dit-elle au nécrophage
Qui la poussait dans le ghetto du troisième âge
"Saloperie de technocrate qui inventa cette formule
Du haut de mon mépris saloperie je t'encule

C'est la première fois que je dis un gros mot"
Et tout en se servant un petit verre de porto
Elle fit un bras d'honneur on aurait dit Popeye
Elle avait encore la souplesse des abeilles
[Leïla Huissoud - Patrick Font]

Posté par alliumursinum à 11:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2019

Mon rendez-vous

 

Aujourd’hui, je redoutais,

Ce rendez-vous, me rendais fou

Les couloirs j’arpentais

Tel un loup-garrou

 

Mais vous m’avez étonné

Je me suis donc déboutonnée

J’otai mon canezou

Sous vos yeux de voyou

 

Félicitations madame !

Vous avez progresser

On aurait cru un vidame

Venant se confesser

 

Un compliment de votre part

Relève d’un exploit

J’avais mon rempart

Vous n’aviez pas le droit

 

[21/03/2019]

 

A retravailler ? J'hésite...

 

Posté par alliumursinum à 21:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 mars 2019

Les tribulations d'une caissière

9782253127550-001-T

 

Je viens de voir ce film

En tant que caissière, ça m'a fait un bien fou !

De voir qu'on est tant sur terre à se faire insulter et rabaisser dans l'indifférence la plus totale.

Même si je ne suis pas dans un supermarché, c'est pareil.  8h/jour, assise à voir défiler tout le monde, à se faire insulter parce qu'on leur demande de payer l'entrée, parce qu'il pleut et que bien sûr c'est de notre faute, et si le parking est plein aussi c'est nous, on ajoute volontairement plein de voiture pour qu'ils n'aient pas de places pour se garer.  Ce serait bien parfois que les gens réfléchissent...

 

[A suivre...]

Posté par alliumursinum à 17:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2019

Sous les nénuphars

 

filleoct

Les nuages gris de ce grand soir
Devraient êtres pour toi l'augure
Du sourire triste que l'on peut voir
Figé de froid sur ma figure
Dans l'étang bleu
Aux nénuphars

Si tu me trouves pourras-tu voir
Sous le rideau de mes cheveux
Ma peau gonflée de désespoir
Et quelques larmes du fond des yeux
Eclabousser
Les nénuphars

Noyée au fond de mon étang
Plus je m'endors et plus je pars
Pardonne moi je n'ai pas le temps
J'espère ne pas être en retard
Pour voir ces mondes un peu plus sûrs
Où je pourrais
Sous mon armure
Cacher mon coeur et ses failles

Il n'est pas question de hasard
Les accidents je n'en ai cure
Si tu regardes dans l'eau noire
J'ai les deux mains accrochées sur
La longue racine
Des nénuphars

Si l'on m'extrait de ce mouroir
Et que tu veux me dire adieu
Plutôt que sortir un mouchoir
Fais moi plaisir balance au feu
Quelques pétales
De nénuphar

Noyée au fond de mon étang
Plus je m'endors et plus je pars
Pardonne moi je n'ai pas le temps
J'espère ne pas être en retard
Pour voir ces mondes un peu plus sûrs
Où je pourrais
Sur mon armure
Fixer ton coeur en médaille

Noyée au fond de mon étang
Plus je m'endors et plus je pars
Pardonne moi je n'ai pas le temps
J'espère ne pas être en retard

Plus le temps de penser à vivre
Oublie moi, laisse moi pour morte
Ce moment sera dur à vivre
Prie pour moi, que je sois forte ! (x3)

 

[La fille d'Octobre]

Posté par alliumursinum à 19:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]